La démarche veut tout dire. Je déploie mes ailes et vous ?

La seule réalité qui me convienne vraiment

La geste du feu. Déployant jusqu’à l’extrême fin ses ailes majestueuses l’oiseau orange me frôle. Non par accident mais bien pour intimider. Pour effrayer ce fanfaron qui m’habite. Qui festoie chaque infime victoire des petits riens sur les grands tout. A peine cette caresse correctrice me frôla que je me plia de douleur sur le sol. Je ne compris pas, la douleur est toujours aussi intense. A bien regarder, une flamme infini était maintenant comme collé à ma peau. J’avais beau secouer mon bras, celle-ci ne partait ni se répandait. Sous le choc, tétanisé par l’instant, je ne vis pas l’oiseau mystique fondre sur moi.

Me voilà, depuis lors, un être de flammes, parcouru d’une douleur vive et continue. Jamais elle ne cesse. On pourrait tout à fait qualifier cela de torture. Mon pronostic n’est pas engagé bien que ceux là s’interrogent sur mon changement soudain. Tous, plutôt que de me recouvrir d’eau (me mettre une piscine à disposition par exemple) , m’asperge de gaz et d’alcool. Je ne leur en veux pas de ne pas trouver de solution ils n’ont jamais été confronté à pareils problèmes.

A mesure que le temps passé j’avais cette impression de libération. Que finalement je pouvais vivre avec. Que s’atténuait les gesticulations pourpres de l’enfer. J’arrivais alors à nouveau à distinguer de nouveau les étendues vertes de cette campagne normande. Les odeurs me revenaient également. Le gout et la texture d’un bon camembert. Le confort d’un sommier bien en forme. Une fois ces moments de contemplation sur la fin une certaine mélancolie naissait en moi, j’avais le sentiment que plus les flammes s’amenuisaient plus je perdais quelque chose. Le souvenir d’un sourire. Le gout de tes joues…

Le temps a passé. Mon sommeil est redevenu nuage. La pluie est à nouveau synonyme de fraicheur. L’herbe fraiche sous mes pieds me rappellent qu’il serait peut être temps pour une toilette. Qu’est ce qui me taraudait tant si honnête et si jeune ? Muni d’une allégresse nouvelle et d’un pas assuré un envol jusqu’alors oublié me frôle. Il est calme tel une caresse. J’en redemanderai presque tant la sensation est unique et détends. Un oiseau de flamme qui en continuant de se prendre les fenêtres de mes voisins à jamais renait. Plus beau qu’alors.

Une larme coule. Le long de ma joue…

Parce que la salamandre n’est jamais très loin

Il y a quelque temps j’ai terminé la lecture le chef d’œuvre de Ray Bradbury, Fahrenheit 451

Pour rappel Fahrenheit 451 corresponds est la température à laquelle un livre prends feu. Dans ce classique de science fiction du XX ème siècle on y suit Montag un pompier dont le métier ne consiste pas à éteindre le feu mais à l’allumer sur les livres. En effet, dans ce livre les autorités estiment le livre comme un outil de penser dangereux qui aboutit toujours à une remise en cause du réel et ne permet ainsi pas à la société d’avancer.

Cet ouvrage est absolument majeurs est un parallèle intéressant à 1984 de Georges Orwell. Notamment sur les notions de contrôle de la société ainsi que sur l’annihilation de la pensée dite divergente.

Partout où le lézard se faufile cris et lamentations sont comme asphyxiés par ce mur qui encore aujourd’hui ne cesse de nous diviser, le télé-écran, un écran de fumée. Un simulacre destiné à nous faire croire que nous sommes également acteurs de notre propres fins.

Merci à tous de m’avoir lu, j’espère que mon article vous aura plu si c’est le cas n’hésitez pas à vous abonner ( si ce n’est pas déjà fait ) et à effectuer un don pour participer à la vie du blog 🙂 Merci à vous vous êtes les meilleurs !

Unique
Mensuellement
Annuellement

Réaliser un don ponctuel

Réaliser un don mensuel

Réaliser un don annuel

Choisir un montant

€5,00
€15,00
€100,00
€5,00
€15,00
€100,00
€5,00
€15,00
€100,00

Ou saisissez un montant personnalisé :


Votre contribution est appréciée.

Votre contribution est appréciée.

Votre contribution est appréciée.

Faire un donFaire un don mensuelFaire un don annuel

2 Replies to “L’Allure du Phénix”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :